Billet d’Humeur !

Imposer la démocratie au forceps : la fin d’une tragique chimère en Afghanistan

Bien que le contexte soit très différent, les bouleversantes scènes de panique vues autour de l’aéroport de Kaboul depuis la prise de la ville par les Talibans le 15 août jusqu’à la fuite du dernier soldat américain le 30, ne manquent évidemment pas de rappeler celles de la chute de Saigon fin avril 1975. En fait, la victoire des barbus islamistes face à un régime afghan incapable et corrompu dont l’armée s’est rendue sans guère combattre, et leur arrivée par petits groupes disparates dans une capitale hébétée, est plutôt comparable à celles des Khmers Rouges à Phnom Penh à la même époque. En tous les cas, cette pitoyable et tragique débâcle sonne le glas de la stratégie chimérique des biens nommés « néo-cons(ervateurs) » qui entouraient Georges Bush, consistant à exporter la démocratie et à l’imposer au forceps à des régimes politiques autoritaires issus de sociétés féodales ou même tribales au nom de la lutte contre le terrorisme. On voit les résultats lamentables et les drames humanitaires atroces sur lesquels elle a débouché hier en Irak ou en Lybie, aujourd’hui en Afghanistan. Espérons que la dure leçon dont les hommes et surtout les femmes afghanes vont payer le prix énorme portera cette fois enfin ses fruits : la démocratie ne se décrète pas, elle se construit lentement à travers des combats difficiles et elle ne triomphe que si elle correspond au niveau de développement d’un pays, à la volonté de la majorité de sa population et à sa capacité à assurer le bien commun. JLM

Accueil

Le Cercle Germaine de Staël de Genève

Nous sommes un groupe de personnes issues de divers milieux socio-professionnels et originaires de plusieurs pays qui s’inquiètent des dérives politiques, économiques, financières et sociales auxquelles on assiste tant en Suisse qu’en Europe et ailleurs dans le monde. Nous considérons que la croissance sans limite des inégalités ainsi que la montée des populismes qui en est l’une des conséquences, menacent les principes fondamentaux de la démocratie auxquels nous croyons. Nous pensons que face aux bouleversements auxquels nous assistons dans de nombreux pays, nous ne pouvons rester indifférents. Depuis mars 2018, nous nous réunissons régulièrement à Genève pour échanger nos points de vue et mettre en commun nos expériences. Des personnes extérieures (journalistes, universitaires, politiques, etc.) contribuent à nos débats en nous faisant bénéficier de leurs connaissances. Notre groupe est ouvert à toute personne qui partage nos préoccupations et souhaite participer à nos activités.

Pourquoi avoir choisi la figure de Madame De Staël  (1766-1817) ?

Parce que cette femme d’exception a tenu plusieurs salons où se discutaient les grands problèmes politiques et culturels de l’époque

Parce qu’elle fut une adepte des Lumières et des idéaux de la révolution française

Parce que, cosmopolite et avant-gardiste, elle fut l’une des premières à promouvoir « l’esprit européen »

Parce qu’elle anticipa le féminisme en dénonçant les contraintes sociales qui empêchent les femmes de s’épanouir

Enfin, parce qu’elle n’eut pas peur de tenir tête à Napoléon !

___________________

«J’ai défendu quarante ans le même principe, liberté en tout, en religion, en philosophie, en littérature, en industrie, en politique.»

Benjamin Constant