Qui sommes-nous ?

Lucienne Gillioz, sociologue, a travaillé de nombreuses années dans le domaine de la sociologie de la médecine. Elle a achevé sa carrière professionnelle au Service pour la promotion de l’égalité du canton de Genève où elle a dirigé la première enquête représentative suisse sur les violences envers les femmes dans le couple. A sa retraite, elle s’est engagée en faveur de l’aide juridique aux réfugié.e;s.
Daniele-Enrico Fino, socio-économiste, était enseignant et chercheur à l’IHEID (Institut de
hautes études internationales et du développement) à Genève, dans le domaine des théories et pratiques de la coopération internationale et du management d’institutions non-profit. En tant que directeur-adjoint, il a géré plusieurs importants programmes de coopération au développement de la DDC dans les domaines de la santé publique et du développement rural, principalement en Afrique. Il fut directeur-fondateur du programme de formation continue pour des professionnels du développement. Pendant 17 ans, il a été conseiller municipal de la ville d’Onex. Depuis sa retraite, il continue quelques activités professionnelles en tant que membre de la coopérative Neonomia .

Jose  Burle de Figueiredo est économiste licencié de l’Université de Genève. Il a été chercheur à l’Institut Batelle et Analyste à la FNCB (Genève). Puis Directeur de Recherche  à l’Institut brésilien de la Statistique (IBGE) et Professeur à l’Université fédérale de Rio de Janeiro. Il a enfin été Senior Économiste au BIT à Genève et enseignant à l’IUED.

Gerry Rodgers est économiste. Il a travaillé pendant longtemps au BIT, à Genève et ailleurs, où il a fait de la recherche sur le marché du travail, l’emploi et la pauvreté, surtout en Inde et en Amérique latine. Il a participé à la formulation de l’agenda du travail décent, et aux travaux sur la dimension sociale de la mondialisation, et a également dirigé l’Institut International d’Études Sociales. Depuis sa retraite il collabore avec des instituts de recherche et des universités en Inde et au Brésil sur des questions de travail et développement.
Wouter van Ginneken est titulaire d’un doctorat en économie du développement. A Genève,
il est membre depuis 2004 de l’équipe internationale du Mouvement international ATD Quart Monde. Il est vice-président du comité de rédaction de la Revue internationale de la sécurité sociale et membre fondateur de la Coalition mondiale pour les socles de protection sociale. Entre 1973 et 2004, il a travaillé pour le Bureau international du Travail. Il a publié de nombreux articles sur l’emploi, la répartition des revenus, la technologie et la protection sociale dans les pays à revenu faible, intermédiaire et élevé. Il a été consultant auprès de diverses organisations internationales telles que l’OIT, l’AISS, l’UNRISD, l’UE et le Conseil de l’Europe.
Dorette Fert, psycho-pédagogue, a eu un parcours professionnel atypique dans les domaines du sport, de l’hôtellerie, des soins infirmiers et du médico-psycho-social . Elle s’est engagée en faveur des soins à domicile, de la réinsertion des femmes en difficulté (dont les femmes prostituées), de l’information et la formation des infirmières(ers) des HUG.  Les dernières années elle a dirigé le service de Planning familial du canton de Genève (Cifern). Féministe, ses intérêts portent sur les droits d’accès aux soins,  à la formation ainsi qu’aux droits liés à la sexualité reconnus par la législation nationale et internationale .

Pierre Dominicé est professeur honoraire de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education à l’Université de Genève. Ses domaines d’enseignement portaient sur l’apprentissage et l’évaluation dans le cadre des programmes de formation continue. Ses recherches ont été principalement consacrées aux récits de vie de populations adultes. Il a occupé pendant plusieurs années la charge de Délégué du rectorat et de Directeur académique de la formation continue universitaire

Jean-Luc Maurer est politologue. Il est professeur honoraire en études du développement à l’institut de hautes études internationales et du développement de Genève. Au cours de sa carrière académique, il a surtout travaillé et publié sur les questions de développement économique, social et politique des pays d’Asie du Sud-Est, principalement de l’Indonésie. Il a été directeur de l’institut universitaire du développement (IUED) de Genève de 1992 à 2004 et président de l’Association européenne d’études du développement (EADI) de 2005 à 2011.
Jacqueline Monbaron, enseignante retraitée de l’Université de Fribourg, a durant sa vie professionnelle participé au développement de la formation continue en Suisse, aux niveaux fédéral et cantonal. Elle a dirigé, en Suisse Romande, différents dispositifs de formation pour des responsables de la formation des adultes. A l’université, ses recherches et son enseignement ont principalement porté sur la compréhension des parcours de vie adulte. Actuellement, elle s’intéresse notamment à la dimension formatrice des voyages, aux différents âges de la vie.
Gilbert Rist est professeur honoraire de l’Institut de hautes études internationales et du développement. Il a d’abord enseigné à l’Université de Tunis, fondé le Centre Europe – Tiers-Monde (CETIM) à Genève, collaboré avec l’Université des Nations unies et donné des cours à Sciences Po Paris. Critique du « développement » et de la croissance économique, il s’inquiète pour l’avenir de ses petits-enfants.
Janine Rodgers est une socio-économiste spécialisée dans les problèmes de genre et marché du travail. Elle a travaillé dans le domaine de la recherche et formation en matière de développement et au Bureau international du Travail (BIT) où elle s’est focalisée sur l’égalité homme-femme, les crises et les discriminations. Elle a aussi fait des missions de consultante pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Depuis sa retraite elle collabore avec des instituts de recherche et des universités en Inde et au Brésil.

Jean-Daniel Rainhorn est médecin et professeur honoraire en santé internationale et action humanitaire à l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement de Genève. Au cours de sa vie professionnelle, il a eu de nombreuses activités cliniques, de recherche, d’études et d’enseignement. Il a été membre du Haut Comité de la Santé publique et a travaillé dans différents pays pour la Commission Européenne, l’OMS et la Banque Mondiale. Parallèlement, il a été maire-adjoint d’une commune rurale. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et nombreux articles.

André Duval, a travaillé pour une fondation américaine dans le domaine des mathématiques appliquées, puis s’est spécialisé dans les modèles mathématiques pour l’économie participant en particulier à la construction de simulateurs de l’économie à l’échelle planétaire pour la CNUCED et l’Union Européenne.
En parallèle il a été maire et/ou président de communauté de communes durant 32 ans dans le genevois savoyard.

Jean-Michel Servet a été professeur de sciences économiques à l’université Lyon 2 où il avait commencé sa carrière académique en 1974. Directeur de recherche au CNRS, puis à l’Institut de Recherches pour le Développement affecté à Pondichery en Inde. Enfin, depuis 2003, professeur en études du développement à l’IHEID à Genève. Ses travaux portent sur l’histoire de la pensée économique et financière, l’anthropologie économique et les pratiques de l’économie solidaire dans les contextes européens, indiens, africains et latino américains.

Juliette Michaëlis est sociologue et historienne. Elle a travaillé à Genève à l’lUED et a participé à l’élaboration et à la publication des Cahiers universitaires d’études du développement. En 1988, elle est devenue collaboratrice scientifique pour la Communauté de Recherche interdisciplinaire sur l’Education et l’Enfance. La Criée avait pour but de créer une collection de souvenirs d’école et d’enfance, d’entreprendre des recherches et des publications sur l’histoire de l’éducation dans le canton de Genève tout en réalisant des expositions au Musée d’ethnographie.